Ciel des Vegans à la maison – Le Réveillon

Ciel des Vegans à la maison – Le Réveillon

Classé dans : Articles Magazine, Vivre Vegan | 0

Voici revenu le temps de l’Avent. Comme beaucoup de Strasbourgeois, je chéris tout particulièrement cette période bénie, où notre belle ville se transforme en capitale de Noël. Tout le cœur de Strasbourg, chaque rue et ruelle, chaque place, chaque façade ou monument se pare de ses habits de lumière et étincelle de mille feux. Comment résister à cette chaude ambiance, quand nos pas nous perdent dans la vieille cité, et que nous découvrons les marchés de Noël, petites maisonnettes en bois blotties au pied de la cathédrale, ou rassemblées au milieu des places pittoresques de la Petite France. Nous retrouvons nos yeux d’enfants devant le Grand Sapin, qui s’élance vers le ciel, dans la lumière féerique de ses milliers de lucioles, et nous nous laissons envahir par les parfums de cannelle, de vin chaud, de macarons, qui embaument les alentours.
Hélas pour nos végans, la gastronomie alsacienne, mise en avant pour un retour à la tradition dans les marchés de Noël, n’est pas vraiment adaptée à une alimentation végétalienne…Parmi les stands de décos de Noël, nous retrouvons les incontournables baguettes flambées, à la crème et aux lardons, les croque-monsieur, les choucroutes garnies à déguster en barquettes, les knacks d’Alsace, et, la nouveauté de l’année, le village du foie gras fermier d’Alsace. Et bien sûr, suivent les gaufres, les crêpes, et les traditionnels pains d’épices et bredele (petits gâteaux) de Noël…Heureusement il leur reste le vin chaud, à déguster avec un bretzel d’Alsace et une pomme d’amour bien rouge, pas vraiment de quoi faire une indigestion… Dur, dur, d’être végan!!
A la maison, c’est l’effervescence, Madenn et Meg sont excités comme des puces. D’abord il faut faire place nette et ranger Halloween. Petit pincement de cœur en voyant disparaître les citrouilles, lutins, trolls et Cie, mais vite oublié quand la Grande Armada des cartons de Noël descend du grenier ! Je suis moi-même effarée par la montagne de déco qui tombe du ciel, mais bon, on est fan de Noël ou on ne l’est pas…
Décembre file à toute allure, il y a tant de choses à faire, revêtir notre sweet home de ses atours de lumière, se promener dans les marchés de Noël des villages environnants, assister aux concerts dans les églises, les enfants adorent ça.

 

Strasbourg à Noël - Luc Baronjpg
Puis il y a la grande expédition familiale pour choisir le « plus beau de tous les sapins ». Cette année, je m’inspire de l’article d’Aurélie sur l’impact écologique du sapin naturel ou artificiel, ma préférence va vers un odorant sapin naturel des Vosges. Après avoir déniché la perle rare, il est installé à la place d’honneur, au cœur de la maison, décoré, enrubanné, « enguirlandé », et quand la nuit tombe, c’est l’instant magique où il s’illumine pour la première fois. Maintenant Noël peut commencer.
C’est le top départ de la chasse aux cadeaux. Pour les petits bouts, c’est facile, cela fait des semaines qu’ils nous réclament tous les joujoux qui défilent sur leurs chaînes de dessins animés, nous avons l’embarras du choix.
Pour nos grands végans, c’est une autre histoire. Le cahier des charges est drastique, pas de tricots en angora, cachemire ou laine d’agneau, ni d’écharpe en soie, encore moins de sac à main ou portefeuille en cuir, quant au petit gilet en fourrure, on n’y songe même pas, le sujet est explosif, gros risque d’émeute à la maison ! !
Au rayon parfums et cosmétiques, il vaut mieux prendre ses précautions, et vérifier que les produits ne sont pas testés sur animaux. J’y suis sensible également depuis que j’ai visionné la campagne choc contre l’exploitation animale, que Lush a lancée dans le monde entier. Par chance, nous adorons leurs produits, naturels, fruités, gourmands, franchir la porte de leur boutique est un vrai plaisir. C’est décidé, je vais faire mon marché de Noël chez Lush, nos végans seront ravis de leurs cadeaux cruelty free.
Enfin, derniers préparatifs, les repas du réveillon. Contrairement aux autres années, pas de prise de tête pour élaborer nos menus. Nous piochons allègrement dans l’éventail de recettes véganes que Magalie a mitonné pour le magazine de décembre. A nous les bouchées et feuilletés apéritifs, les blinis venus du froid, accompagnés de leurs sauces ensoleillées, les très britanniques mais néanmoins goûteux scones salés, le savoureux risotto aux châtaignes suivi par les biscottis de Noël, deliziosi, et pour finir la renversante confiserie chocolatée made in USA, le fudge.
Nos deux chérubins accompagnent les derniers préparatifs avec Petit Papa Noël et mon Beau Sapin, entonnés avec ferveur. Leur impatience est à son comble, d’autant plus que cette année le cercle familial s’agrandit. Nous avons le bonheur de partager le réveillon avec nos deux amies calédoniennes, Nathalie et la petite Marie, avant qu’elles ne s’envolent vers leur archipel du Pacifique.
Nous aimerions leur offrir un vrai Noël alsacien, un Noël blanc, peut-être, mais surtout un moment festif et chaleureux, que nous partagerons en famille et entre amis, tout en respectant les convictions de chacun.
Pour finir 2012 en beauté, Pascal et moi déposons au pied du sapin notre engagement, réfléchi et sincère, d’être végétariens. C’est le plus beau cadeau que nous puissions offrir à nos enfants et à nos petits-enfants.

 
Joyeux Noël à tous.

 

Patricia

 

IMGP7762

Laissez un commentaire