Organiser une Collecte

Juntos como hermanos - Rodrigo Basaure

 

Une des grandes difficultés que rencontrent les refuges pour animaux est le manque de moyens. Pris par l’exigence de s’occuper des animaux au quotidien, de les placer en famille d’accueil ou d’adoption, de gérer les personnes venues demander de l’aide ou jeter un coup d’oeil, les refuges se retrouvent à laisser de côté un aspect pourtant fondamental de leur activité: la collecte de fonds ou de nourriture.

 

Avec des actions ponctuelles, vous pouvez à votre échelle apporter une aide non négligeable à un refuge. Voici quelques pistes d’organisation et de timing pour préparer de manière efficace une collecte de nourriture et/ou de litière pour un refuge:

 

J-30

– Contacter le refuge de votre choix afin de savoir ce dont ils ont besoin.

– Contacter un magasin (type Auchan ou Cora par exemple) et demander une autorisation de collecte dans leur galerie marchande. Fixer une date avec eux.

– Commencer à communiquer sur l’évènement afin de constituer un groupe de volontaires pour vous assister dans cette collecte. Pour être efficace, il vous faut au minimum autant de personnes que d’entrées du magasin, afin que les clients soient informés dès leur arrivée de votre présence et puissent inclure leur don à leur caddie.

Utilisez vos contacts, vos proches, les réseaux sociaux, ou contactez les associations militantes locales qui regorgent de personnes motivées.

 

J-21

– Contacter la presse locale par mail ou téléphone et les informer de votre collecte. Les médias locaux sont souvent ouverts à partager gratuitement l’information dans leurs colonnes. Cela peut ainsi permettre aux gens de venir vous apporter des paniers, couvertures et autres objets qui pourront servir au refuge.

 

J-15

– Préparer des flyers à distribuer aux clients du magasin, entre 2000 et 3000 unités. Il est en effet difficile de réussir à parler à toutes les personnes qui entrent. Certaines personnes se sentent également agressées si on tente de leur parler, un flyer est donc un moyen efficace de passer le message au plus grand nombre et de manière douce.

Votre flyer doit être précis, indiquer pour quel refuge cette collecte est organisée et lister de manière exhaustive ce dont le refuge a besoin.

– Préparer les affiches que vous collerez sur les portes d’entrée du magasin, dans le rayon animalerie, celles que vous attacherez sur les caddies-collecte et que vous mettrez autour de votre cou si vous n’avez pas de tshirt avec le logo du refuge. Si vous avez un plastifieur, plastifiez ces affiches, elles seront plus solides et pourront reservir lors des prochaines collectes.

 

J-7

– Rappeler le magasin et leur confirmer que la collecte est toujours prévue. Demander si le magasin peut accrocher des affiches informant de la collecte le jour J (il n’y a jamais trop d’info, le magasin dispose de porte pancartes sur lesquels ils affichent leurs promotions et autres actualités).

– Rappeler le refuge et leur confirmer le maintien de la collecte. Demander s’il est possible que le refuge envoie une camionette en milieu et en fin de journée afin de prendre en charge la nourriture et la litière collectées. Les refuges ont en général un véhicule, cela vous évitera d’avoir à gérer le transport des dons.

Si le refuge tient à votre disposition lors de la collecte des pancartes avec leur logo, des tshirts, des dépliants, badges, ou un tronc pour les dons en argent, vous organiser à ce sujet-là également.

 

110618-N-UE250-057

 

J-1/J-2

– Recontacter tous les volontaires et établir un planning des présences, essayer de s’arranger pour avoir tout le long de la journée autant de volontaires que de portes d’entrée du magasin.

– Demander à ce que les volontaires aient un téléphone portable sur eux, afin de pouvoir facilement communiquer lors de la collecte.

– Prévoir du scotch, de la ficelle, une paire de ciseaux, rassembler affiches et flyers dans un carton prêt à emporter.

– Préparer un pique-nique froid pour le lendemain: gâteaux, sandwichs, chips, serviettes… Si vous pouvez emmener une thermos de café, des gobelets et du chocolat, ce geste sera certainement apprécié par les bénévoles.

 

Jour J

– Le magasin va sans doute vous demander de vous présenter 30 minutes avant l’ouverture des portes, vous indiquer une zone dans la galerie marchande où vous installer pour la collecte et vous dire que vous ne pouvez pas utiliser les caddies pour stocker les dons.

Je vous conseille de venir à l’heure indiquée et pour le reste de ne pas suivre leurs instructions. Si vous restez dans le petit coin au fond du magasin qu’ils vous ont octroyé, vous aurez malheureusement peu de chances d’être vus et de collecter beaucoup de dons.

– Prendre minimum autant de caddies que d’entrées et fixer sur les caddies les affiches que vous avez préparées. Dispatcher les bénévoles à toutes les entrées de la galerie.

– Aller dans le rayon animalerie du magasin et fixer des pancartes informant de la collecte à plusieurs endroits du rayon, à hauteur d’yeux.

– Scotcher des affiches sur les portes d’entrée du magasin si vous en avez.

– Sourire. Il faut absolument sourire non stop aux personnes que vous abordez et auxquelles vous donnez un flyer. J’ai été étonnée à quel point les gens se sentent agressés quand on s’approche d’eux, quand on s’adresse à eux, certains expriment même de la peur, pourtant je ne suis pas particulièrement effrayante. Il faut donc impérativement afficher un visage avenant.

– Le magasin a des horaires d’ouverture et de fermeture officiels. Sachez cependant que cela ne correspond à l’heure réelle de fermeture. À l’heure supposée de la fermeture, les magasins où nous avons fait une collecte étaient encore pleins. Il vous faut donc prévoir de terminer votre collecte plus tard.

 

Avec ce type de collecte ponctuelle en hypermarché, nous recueillons une moyenne de 1200 kilos de dons, croquettes, pâtés et litières confondues. J’ai cependant conscience que ce type de collecte soulève un questionnement éthique, puisqu’il implique d’inciter à l’achat de produits contenant des matières animales.

Si cet aspect vous pose problème, vous pouvez vous tourner vers d’autres actions qui peuvent également permettre de récolter des fonds, de la nourriture ou des fournitures pour les refuges, comme par exemple:

– La collecte de nourriture pour rongeurs ou oiseaux et de foin. Les refuges pour rongeurs et volatiles sont moins connus, et ont eux aussi besoin d’un coup de pouce. La collecte peut se faire en supermarché ou en animalerie.

– La collecte d’argent: elle est considérée plus difficile que les dons en nature, mais tout à fait réalisable.

– La collecte de couvertures et literie auprès des hôtels et chaînes d’hôtellerie. En effet, de nombreux hôtels changent en une fois l’ensemble de leurs couvertures qui finissent à la benne. À vous de contacter à la chaîne les hôtels muni de votre annuaire et de proposer de prendre en charge leurs couvertures usagées. Il faut généralement disposer d’un véhicule, car c’est à vous de vous déplacer et de prendre sur place toutes les couvertures qui vous sont données.

– Organiser une tombola, par exemple lors d’une fête de village, et donner les bénéfices à un refuge ou une association.

– Organiser un bingo dans une salle des fêtes. Informer les associations locales et les groupes du 3ème âge aide à ramener du monde lors de l’évènement.

– Acheter des petites peluches, badges etc en quantité et revendre à l’unité dans une galerie marchande, lors d’un marché, d’une fête de village…

Les possibilités sont multiples et peuvent apporter un coup de pouce à ces refuges et associations qui agissent au quotidien et méritent notre soutien.

 

 

Steph Skardal

Laissez un commentaire