Precious Life – Tout savoir sur le Cruelty Free {Interview}

iStock_000003529118LargeWEB

 

1080091_369364763190735_1214180718_nJe m’appelle Sonia Conscience, j’ai 38 ans déjà ^^, je vis en Loire atlantique, particulièrement sensible à la cause animale, je suis la créatrice de la boutique en ligne Precious Life. C’est une boutique qui propose des produits pour toute la famille, j’ai bien dit « toute » y compris les animaux… Pour prendre soin de soi, de sa famille, sa maison en restant au plus près de ses valeurs… On y trouve, entre autres, des produits d’hygiène, de maquillage, de soins, des produits d’entretien…

 

 

Pouvez-vous nous raconter les circonstances de la création de Precious Life? Quelles ont été vos motivations?

Toute jeune déjà, j’étais soucieuse de cette histoire de produits testés sur les animaux sans pour autant savoir exactement de quoi il s’agissait… A l’époque (mon Dieu, j’ai l’impression d’être fossile), il n’y avait pas internet, pas de mails et l’information circulait moins facilement que maintenant… Je me souviens avoir écrit bon nombre de courriers (la poste existait, les pigeons voyageurs avaient pris une retraite bien méritée) aux marques que j’achetais pour savoir si elles testaient sur les animaux.. Les courriers de réponse se voulaient rassurants et bien évidemment, aucun animal ne souffrait, il ne fallait pas que je m’inquiète et pour être honnête, j’y croyais oui oui j’y croyais parce que j’avais la naïveté de penser que ces marques ne me mentiraient pas ! Puis j’ai grandit, enfin plutôt, vieillit, soyons honnêtes, internet a fait son apparition avec son lot d’informations et j’ai découvert les labels dits « cruelty free » (sans cruauté), ces labels garantissaient que les produits n’avaient pas été testés sur les animaux sans chercher plus loin je me suis mise à les prendre comme repère pour choisir mes marques de produits et ça roulait très bien ainsi jusqu’à ce que…Début 2012, dans un communiqué d’une association de protection animale, je tombe sur un article dans lequel il est question de marques qui perdent leur label « cruelty free » parce qu’elles sont implantées en Chine, pays dans lequel les tests sur les animaux sont obligatoires pour obtenir les autorisations de mise sur le marché… Comment ça? Pourquoi? Comment? Mes marques, que font elles? Je me suis mise à faire des recherches, à contacter les marques, à fouiner, fouiller, sonder.. bref, cette histoire m’a beaucoup perturbée…
Mes recherches ont été grandement facilitées par internet, je dois l’avouer, c’est un outil extraordinaire! J’ai commencé par vérifier les marques que j’avais pris l’habitude d’utiliser… là encore, le choc.. je découvre que plusieurs d’entre elles sont concernées et c’est à ce moment là que je me suis sentie trahie, bernée, leurrée et ça a été le vrai début de mes investigations..
Ma première démarche a été d’étudier l’ensemble des labels au niveau international qu’ils soient cruelty free ou bio.. j’ai lu leurs chartes, étudié leurs critères de sélections, pris contact avec certains quand des choses ne me semblaient pas claires, j’ai posé des questions, attendu des réponses pour reposer des questions.. Je voulais être sûre, sûre de bien comprendre pour ne plus jamais me faire avoir et trahir mes valeurs personnelles..
Au fil de mes recherches, j’ai été particulièrement interpellée par le nombre d’informations erronées qui circulaient.. le sujet est, à mes yeux, si grave alors même qu’ils s’agit bel et bien d’animaux torturés, tués ou même laissés agonisants dans des sacs poubelle que je m’en suis rendue malade de voir autant de désinformations.. des listes de marques soi disant non testées sur les animaux qui circulent sans être mises à jour, des personnes qui conseillent telle ou telle marque alors qu’elles ne sont absolument pas certifiées non testées sur les animaux, des informations sur les labels qui là encore ne sont pas mises à jour ou sont tout simplement erronées…

 

BGIMG2

C’est ainsi que la page Facebook « Je boycotte les produits testés sur les animaux » a vu le jour avec pour seul mot d’ordre : transmettre des infos fiables, sérieuses, mises à jour que tout le monde pourra consulter et surtout vérifier car tout ce que je transmettrai sera le fruit de mes recherches et donc consultables pour toutes celles et ceux qui le souhaiteront afin de leur permettre de se faire leur propre avis..
J’ai créé cette page, sans aucune prétention, juste l’envie d’informer, échanger et si possible aider les gens à acheter des marques certifiées non testées sur les animaux!
La page a vite rencontré son succès, les « j’aime » ont afflué les uns derrière les autres à ma plus grande surprise et pour mon plus grand bonheur puisque cela voulait aussi dire que les personnes soucieuses du bien être des animaux étaient nombreuses! Yessssssssssss
Mais ces personnes se sont aussi trouvées, pour certaines, totalement désemparées d’apprendre que telle ou telle marque n’était pas ou plus certifiée non testée sur les animaux… Ces personnes, pleines de bonne volonté, se retrouvaient noyées dans la jungle des informations car rien n’est simple, tout blanc ou tout noir… J’ai commencé à recevoir des mp (messages privés sur facebook) de personnes qui me demandaient de leur citer des noms de marques ce qui pour moi était, tout de même, délicat dans le sens où je n’étais pas là pour faire de la publicité mais de l’information… J’ai rédigé des articles, à la disposition de tous, sur les labels plus ou moins fiables afin de permettre à tout le monde de se repérer et de pouvoir acheter tranquille…
Mais, ça ne suffisait pas, les gens m’envoyaient des messages et pour certains ils me demandaient si je tenais une boutique ou si je vendais des produits… la réponse était « non » je ne vends rien, mon but n’est pas du tout commercial mais bien informatif ! Un jour, une personne m’a répondu que ce serait fantastique si je pouvais ouvrir une petite boutique en ligne avec la page, j’avoue ne même pas avoir relevé… au début… car il y a eu une demande, puis deux puis trois puis… j’ai fini par y penser, à étudier la question et par prendre la décision : d’accord, je vais essayer de faire une petite boutique sympa avec des produits éthiques!

 

1997_9
Quelles sont les valeurs de votre entreprise? son éthique?

Je me suis, donc, lancée à fond dans ce projet (en délaissant mon activité de l’époque). J’ai, tout d’abord, déterminé l’éthique de la boutique que je voulais cohérente et surtout sincère :
1- Des marques certifiées non testées sur les animaux, produits finis, ingrédients, fournisseurs (même sur les marchés étrangers tels que la Chine) et qui n’appartiennent pas à un groupe industriel ne respectant pas ces mêmes critères!
2- Des produits « vegan », c’est-à-dire sans matières d’origine animale.
3- Des marques les plus naturelles possibles, à base d’ingrédients bio mais pas forcément certifiées bio tout simplement parce que je n’ai aucune confiance dans les labels bio à proprement parlé qui sont à mon avis très « marketing »…
4- Des marques soucieuses aussi de la planète et limitant leurs emballages au minimum, avec l’usage de matières recyclées et recyclables avec la cerise sur le gâteau, certaines marques qui impriment leurs emballages à l’encre végétale ou encore produisent à l’énergie solaire ou éolienne.
5- Des marques qui ne soutiennent pas la recherche médicale car cela reviendrait à soutenir la vivisection même de façon indirecte
6- Des marques qui produisent de façon éthique et dans leur pays d’origine pour éviter l’exploitation humaine.

 

580-darla

 

Et bien voilà, les critères de sélection déterminés, il n’y avait plus qu’à dénicher ces marques « parfaites » 😛
Je vous passe les détails sur la création de la boutique, mes joies et mes peines, les obstacles, les déceptions, les coups durs et tutti quanti ^^
La boutique a vu le jour le 25 mai dernier <3
Comme vous avez pu voir la création de cette boutique n’avait rien d’un business plan planifié ! Il s’agit, donc, d’une petite structure sans prétention plus tournée sur l’éthique, la confiance, le sérieux et les valeurs que sur le profit, le marketing, le commerce et l’appât du gain…
Ce projet est devenu le projet de ma vie… j’y consacre tout mon temps… toujours à rechercher de nouveaux produits, à surveiller l’évolution des réglementations, à me tenir informée de ce qu’il se passe, à veiller à ce que mes fournisseurs restent certifiés par les labels (car cela évolue tout le temps) et à prendre soin des client(e)s qui me font confiance pour surtout ne pas les décevoir et leur prouver colis après colis que l’on peut vraiment vivre, prendre soin de soi, de son entourage, se faire plaisir sans faire souffrir et en respectant tout ce qui nous entoure <3
Une autre éthique que je me suis fixée est celle de ne pas « distribuer » d’échantillons pourquoi ? Les échantillons sont de petites quantités de produits particulièrement gourmandes en emballages et donc pas du tout écologiques même si les emballages sont issus du recyclage sans compter que les échantillons sont avant tout fabriqués pour une démarche purement commerciale qui ne correspond pas aux valeurs de la boutique. D’ailleurs, la plupart des marques que j’ai choisies ont cette même démarche et ne produisent aucun échantillon privilégiant leur éthique au marketing.
Par ailleurs, il me semblait normal et même indispensable que cette activité soutienne activement les associations de protection animale… là encore, à mes yeux, c’est une question d’honnêteté et de sincérité.
J’ai, donc, choisi diverses associations de protection animale auxquelles je reverse chaque mois un pourcentage du chiffre d’affaires… ce sont les clients de la boutique qui me permettent de faire ces dons car sans eux rien ne serait possible… j’en profite pour les remercier, du fond du cœur, pour leur soutien, leurs achats, leur fidélité 😉

 

2005_3

 

Quelle est votre position quant à l’huile de palme, souvent présente dans les produits cosmétiques ou ménagers?

En ce qui concerne l’huile de palme, le sujet est délicat, enfin pour moi en tout cas ! Je trouve que l’on diabolise beaucoup cette huile alors qu’elle est loin d’être la seule à poser problème tant sur le plan écologique, que sur le plan de la santé ou de la souffrance animale…
Une chose est sûr c’est que je ne me fie pas au soi disant cultures renouvelables, j’ai lu trop d’incohérences à ce sujet et je pense que ce n’est pas encore très au point… A titre personnel, dans mon alimentation, j’évite autant que possible l’huile de palme que je qualifierais d’industrielle c’est-à-dire celle que l’on trouve dans les produits transformés des grandes surfaces… si j’achète des produits qui en contiennent, c’est en boutique bio.. Je ne suis pas pour le boycotte de cette huile, je suis pour une consommation responsable mais ce n’est pas évident ne serait ce que parce qu’il y en a dans le carburant ! Dans la boutique, j’ai des produits sans huile de palme, d’autres en contiennent, ce sont souvent des dérivés d’huile de palme d’ailleurs.. L’huile de palme utilisée par mes fournisseurs est originaire d’exploitations d’Amérique du Sud et d’après mes recherches ces exploitations comptent parmi les plus « propres » que l’on puisse trouver.. Sur ce plan, j’avoue avoir joué le jeu de la confiance dans la mesure où il n’existe, à mon sens, aucun label vraiment fiable et où les marques avec lesquelles je travaille sont des marques que j’ai choisies pour leur éthique globale tant sur le plan de la protection animale que sur la protection de notre planète..

BG3

Qui dit produits non testés sur les animaux, dit tests alternatifs ou méthodes substitutives. Pouvez-vous nous les présenter rapidement? Ces méthodes sont elles fiables, éprouvées? Pourquoi ne sont elles pas plus utilisées?

Je vais tenter d’être le plus claire possible sans vous noyer dans des informations plus ou moins imbuvables ^^ Depuis des années, malgré de petits budgets alloués, la recherche de méthodes substitutives se développe ! Il existe désormais de nombreux tests alternatifs hors modèle animal. Ces tests font l’objet de recherches médicales puis après avoir été, disons, mis au point, ils doivent être validés par les autorités sanitaires compétentes afin de pouvoir être reconnus comme fiables et être légalement utilisés pour contrôler les effets des substances sur la peau.
Le CEVMA (European Centre for the Validation of Alternative Methods) joue un rôle essentiel dans l’élaboration, la validation et la reconnaissance internationale des méthodes alternatives. Son siège se trouve au Centre commun de recherche, à l’Institut pour la santé et la protection des consommateurs situé à Ispra en Italie. Depuis 2011, le CEVMA est le laboratoire de référence de l’Union européenne pour des méthodes alternatives sur l’expérimentation animale (EURL CEVMA), établi sous la directive 2010/63/EC relative à la protection des animaux utilisés à des fins scientifiques.
Le CEVMA contient deux bases de données importantes sur les méthodes alternatives:
– TSAR : le système de suivi des méthodes de substitution, d’examen, de validation et d’approbation dans le contexte des régulations européennes sur les produits chimiques.
– DB-ALM : la base de données des méthodes alternatives.
La plupart des méthodes substitutives d’ors et déjà validées sont des méthodes in-vitro réalisées sur des cellules souches.
On peut constater, avec plaisir que lorsque des méthodes substitutives sont mises au point et validées par les autorités sanitaires, la plupart des fabricants délaissent l’expérimentation animale non
seulement parce que les méthodes développées sont, en général, plus fiables mais aussi parce qu’elles coûtent moins cher!

 

Fotosearch_x15405120_web_-_Copie

 

Cependant, il reste quelques soucis… et pas des moindres…
– Pour trois types de tests, il n’existe, à ce jour aucun test substitutif de validé par les autorités sanitaires. Certains sont développés mais pas validés, d’autres sont, uniquement, en cours de développement c’est, notamment, le cas pour le test de toxicité à dose répétée.
Les fabricants, compte tenu de la réglementation interdisant la commercialisation en Europe de produits ayant été testés sur les animaux, mise en application le 11 mars 2013, pourraient, disons, se reposer sur leurs acquis en n’utilisant que des matières déjà testées et autorisées en attendant que ces derniers tests alternatifs se développent mais c’est sans compter sur l’appât du gain, la volonté de toujours commercialiser des nouveaux produits plus ou moins miracles… Ils trouvent, donc, des moyens de contourner la réglementation en toute légalité, ce qui en soit n’est pas bien difficile, on serait, d’ailleurs, en droit de se demander si la réglementation n’est pas passée en sachant qu’elle pouvait être aisément contournée..

– Le programme REACH (Registration, Evaluation and Authorisation of CHemicals).

 

occold_2

 

La nouvelle législation REACH a-t-elle changé les choses pour vous ? Selon vous, quelles vont être les conséquences de cette dernière?

REACH est le règlement sur l’enregistrement, l’évaluation, l’autorisation et les restrictions des substances chimiques. Il est entré en vigueur le 1er juin 2007. A la base, les principaux objectifs de REACH sont louables puisqu’il s’agit d’assurer un niveau élevé de protection de la santé humaine et de l’environnement contre les risques que peuvent poser les produits chimiques. Le souci, c’est que la sûreté des produits chimiques sera déterminée à partir de données récoltées sur les animaux, et si un produit n’a jamais été testé sur les animaux, alors les tests devront être effectués. Les conséquences de ce programme notamment avec l’augmentation constante des matières soumises à cette réglementation rien que 72 substances de plus sur les premiers mois de 2013 alors que le programme en contient déjà plus de 140 000 ! On serait en droit de penser que seules les matières chimiques potentiellement nocives y sont soumises mais il en est tout autre et de nombreuses matières naturelles le sont aussi parce qu’elles n’ont jamais été testées sur les animaux.. J’ai envie de dire « non mais on marche sur la tête là » Ce sont environ 8000 ingrédients utilisés par les fabricants de cosmétiques qui sont, donc, concernés par REACH. Pour faire court, c’est le cas de tout ingrédient ayant subi le moindre traitement. Par exemple, la lavande est exemptée de test mais pas l’huile essentielle de lavande.

Au final, le programme REACH et l’augmentation constante des substances soumises à sa réglementation vont à l’opposé de la réglementation visant à interdire la commercialisation de produits cosmétiques testés sur les animaux en Europe et des matières jusqu’alors jamais testées sur les animaux vont devoir l’être ! Pour faire clair, on est en droit de penser que ce sont pour ainsi dire tous les ingrédients utilisés en cosmétiques qui vont se retrouvés testés sur les animaux d’une façon ou d’une autre. Par exemple, un colorant pourra être testé sur les animaux pour une finalité alimentaire puis être utilisé dans un produit cosmétique. Ce que cela change et ce qui m’inquiète c’est que des fabricants de cosmétiques cruelty free et naturels jusqu’à maintenant soient en quelque sorte contraints et forcés de se retrouver à utiliser des matières testées sur les animaux et ce indépendamment de leur volonté… si la réglementation européenne persiste dans ce sens, on peut imaginer qu’à l’avenir les produits 100% non testés sur les animaux n’existeront plus. De grandes associations françaises et européennes ont reconnu cet état de fait et, plus que jamais, recommandent aux consommateurs d’acheter des marques labellisées « cruelty free ». Une dernière précision et non des moindres, il est important de souligner que même les ingrédients vendus pour faire ses propres cosmétiques « faits maison » ou encore « home made » sont soumis à ces mêmes réglementations.

 

4 R UMAX     PL-II            V1.6 [3]

 

Diriez vous qu’aujourd’hui le consommateur peut facilement savoir si un produit ou ses ingrédients sont testés sur les animaux? Quelles sont les obligations légales des marques quand à l’affichage sur le packaging?

Aujourd’hui, il est extrêmement difficile pour le consommateur de savoir si le produit qu’il achète a été d’une façon ou d’une autre testé sur les animaux et cela ne va pas aller en s’arrangeant compte tenu du programme REACH comme expliqué précédemment.. Il est d’autant plus difficile de se repérer qu’il n’existe aucune obligation légale pour un fabricant de cosmétiques, ou autre d’ailleurs, de préciser sur ses emballages que le produit ou ses ingrédients ont été testés sur les animaux..
Par ailleurs, il est important de préciser que dans la mesure ou cela n’est pas réglementé, certains fabricants n’hésitent pas à mettre des formules plus ou moins floues, plus ou moins claires sur leurs emballages et/ou sites internet tels que « produit non testé sur les animaux » ou « contre les tests sur animaux » ou encore « non testé sur les animaux » etc etc… si on y réfléchit bien, toutes ces mentions ne veulent pas dire grand-chose, produit fini? ingrédients? fournisseurs? en France? à l’étranger? On peut imaginer mille et une interprétations…
Les fabricants usant de ces formules le savent et jouent sur la sémantique!

 

occold_1

 

Il existe une multitude de labels quand aux tests sur les animaux. Quelles sont les différences? Lesquels préconisez-vous?

Après avoir étudié les labels, tout d’abord, je ferai une différence entre les labels dits «bio» et les labels dits «cruelty free» c’est-à-dire sans cruauté. Le 1er constat est qu’aucun, je dis bien aucun label bio ne garantit l’absence totale de tests sur les animaux que ce soit tout au long du développement produit ou sur les marchés étrangers. Ces labels «bio» portent, d’ailleurs, bien leur nom… leur créneau ce sont les ingrédients biologiques… N’oublions pas qu’il existe de la viande «bio», des produits laitiers «bio» alors on est très loin de la protection animale!
Ensuite, il y a, donc, les labels dits «cruelty free», il y en a, là aussi, plusieurs plus ou moins connus avec chacun leurs critères… oui… c’est un peu le casse tête ! Je pense que cet article est l’occasion de bien mettre les choses à plat et je vais essayer de faire clair et simple ^^
Tout d’abord, dans un souci de totale honnêteté, il me semble important de préciser une chose : en cosmétique, sont considérés comme « cruelty free » (non testés sur les animaux) les produits et matières n’ayant pas été testés sur les animaux pour une finalité cosmétique…
Un exemple : un colorant peut être testé sur les animaux pour une finalité alimentaire et être par la suite utilisé dans un cosmétique. Ce cosmétique gardera son statut de cruelty free car à aucun moment le colorant utilisé n’a été testé sur les animaux pour ce cosmétique à proprement parlé.
Par ailleurs, la plupart des labels ont mis en place des dates dites « buttoirs » c’est-à-dire qu’une marque certifiée par l’un de ces labels s’engagent à ne plus avoir recours aux tests sur animaux à partir de la date définie. Cela concerne, les tests sur animaux des produits finis, des ingrédients pratiqués par les marques et/ou leurs fournisseurs. Cela implique, que l’on peut retrouver dans les produits des ingrédients ayant été testés sur les animaux avant cette fameuse date buttoir.
Dans un premier temps, on peut trouver cela décevant mais il ne faut pas oublier que le but de ces labels est de mettre totalement fin à l’expérimentation animale des produits cosmétiques et d’entretien et que pour ce faire, il leur a, donc, fallu trouver un moyen pour que de plus en plus de marques s’engagent dans cette démarche ! Une marque jusqu’alors testée sur les animaux peut, donc, s’engager dans une nouvelle démarche… Derrière les marques, il y a des êtres humains comme vous et moi qui évoluent et prennent conscience à leur rythme grâce au travail, sans relâche, des labels… La plupart d’entre nous a été omnivore, puis végétarien, puis végétalien et enfin vegan… l’important, c’est la finalité, le fait de s’engager à consommer différemment pour que notre vie d’humain ne fasse plus souffrir ni les animaux ni la planète…
Le but des labels « cruelty free » est le même… Amener les marques à ne plus du tout avoir recours à l’expérimentation animale…
Il y a aussi des marques très engagées depuis le début de leur activité et qui ont toujours respecté cette ligne de conduite 😉
Je suis consciente que ce que je viens d’expliquer peut vraiment décevoir mais je ne participe pas à cette interview pour raconter uniquement ce qui arrange… c’est une question d’honnêteté et de sincérité !

Maintenant, venons-en aux labels :

tableau.blanc

 

En conclusion, vous me demandez ceux que je préconiserais… et bien je dirais : Pour le fait de certifier les marques dans leur ensemble et non que quelques produits, je dirais : HCS, PETA, PETA VEGAN et CCF car ce sont aussi les seuls à garantir l’absence totale de tests sur animaux y compris sur les marchés étrangers.
Pour moi, ce sont les labels de base ensuite selon vos convictions et valeurs personnelles, vous pourrez vérifier que les produits que vous souhaitez acheter sont vegan, que la marque n’appartient pas à un groupe industriel peu ou pas éthique, etc… Le label Vegan Society peut être très intéressant si vous êtes vegan et que vos connaissances, en matières de noms d’ingrédients d’origine animale, ne sont pas au top… une marque certifiée HCS et dont un produit est aussi certifié Vegan Society vous permet d’être sûre qu’il n’y a eu aucun test sur animaux et que le produit est vegan ^^
Comme vous pouvez le voir, aucun label n’est vraiment parfait et il est systématiquement nécessaire de faire plus ou moins attention ^^
Il me semble aussi très important de préciser 2 choses :
– Une marque labellisée peut perdre son label si elle ne respecte plus les critères de ce dernier, il est, donc, impératif de surveiller régulièrement que la marque est toujours sur les listes des labels très régulièrement mises à jour
– Certaines boutiques utilisent les labels à outrance. Un exemple découvert dernièrement : une boutique en ligne qui met, sur ses fiches produits, les labels mais lorsque l’on vérifie, on constate qu’aucune des marques n’est certifiée par les labels en question… pire encore, un produit soi disant labellisé Vegan Society contenant de l’extrait de jaune d’oeuf dans la composition en plus de ne pas être certifié par ce label bien sûr… donc, il faut être extrêmement prudent, quitte à vérifier systématiquement car nombreux sont ceux qui n’ont aucun scrupules à trahir les valeurs qui nous sont chères !

 

url

 

Il y a actuellement une initiative citoyenne européenne, STOP VIVISECTION. En quoi est-il important de signer cette initiative?

Tout d’abord, il me semble important d’expliquer ce qu’est une initiative européenne car beaucoup d’entre nous ont tendance à confondre avec une simple pétition… Le règlement sur l’initiative citoyenne européenne est entré en vigueur le 1er avril 2012. Depuis cette date, les citoyens européens ont un moyen de rentrer en contact avec les institutions européennes au même titre que le conseil des ministres ou le parlement européen.
Concrètement cela veut dire que nous, citoyens européens, avons désormais le pouvoir d’agir et de nous faire entendre ! Zita Gurmai, co-rapporteur sur l’initiative citoyenne, a déclaré: « La volonté derrière cette Initiative citoyenne européenne est de réduire le fossé grandissant entre les institutions de l’Union et les citoyens Européens, en leur permettant de participer au processus législatif et en encourageant un débat public transeuropéen.
Cette procédure est une occasion unique pour les citoyens ordinaires de nous faire connaître leurs préoccupations, et nous avons voulu cet outil le plus accessible possible, tout en assurant un suivi important à toute initiative ayant réuni les conditions nécessaires. » C’est ainsi, que l’initiative européenne a vu le jour !
Qu’est ce que la vivisection (dictionnaire Larousse) : Dissection expérimentale pratiquée sur un animal vivant. (Les recherches médicales [en physiologie et en thérapeutique] de même que certaines techniques chirurgicales passent par un stade d’expérimentation animale qui peut comporter des gestes de vivisection, avant leur application à l’homme.
Beaucoup d’entre nous savent que les laboratoires utilisent des rongeurs et des singes ce qui, aux yeux de certains, est devenu normal mais savez vous que des chiens, des chats, des oiseaux meurent aussi chaque jour dans les laboratoires d’expérimentation animale ? Ces millions d’animaux qui meurent entre les mains de leurs bourreaux auront chaque jour, chaque heure, chaque minute, chaque seconde, de leur misérable petite vie, enduré des souffrances que ni vous ni moi n’endurerions une seconde et finissent souvent agonisants dans de vulgaires sacs poubelle…
N’allez pas vous dire que j’en rajoute, que j’exagère, les enquêtes de grandes associations de protection animale le prouvent, les témoignages sont nombreux, les vidéos aussi… je ne peux pas dramatiser une situation qui est déjà dramatique par le simple fait d’exister…

LABO_HARLAN___1999____092web
Pour ceux qui ne le savent pas déjà, je précise qu’il existe même des élevages de chiens, souvent de la race des Beagles (race choisie pour sa gentillesse et sa capacité à endurer les pires souffrances en silence), uniquement destinés aux laboratoires de vivisection… Les chiots sont vendus à partir de l’âge de 4 mois pour servir de cobayes… Ces élevages vendent aussi des organes frais autrement dit, les chiots naissent, grandissent puis sont tués pour permettre à leurs éleveurs de vendre leurs organes… et croyez moi, ces éleveurs ne connaissent pas la crise ! Des chiffres d’affaires astronomiques, des subventions de l’état… ces éleveurs vivent, vivent même très très bien…
Bref, passons… Partant du principe que 86% des européens sont opposés à cette pratique barbare et peu fiable qu’est la vivisection ou encore expérimentation animale, une initiative européenne « stop vivisection » a été lancée. Le but de cette initiative est de demander à la Commission européenne d’abroger la Directive 2010/63/EU (dite « pour la protection des animaux utilisés à des fins scientifiques ») en présentant une nouvelle proposition de directive visant à mettre fin définitivement à l’expérimentation animale et à rendre obligatoire, pour la recherche biomédicale et toxicologique, l’utilisation de données spécifiques pour l’espèce humaine, au lieu de données issues de l’animal.
C’est une initiative sans précédent qui a été mise en place à travers toute l’Europe ! Pour la première fois, nous avons la possibilité de nous faire entendre et de réellement faire évoluer les choses… Je sais que certain(e)s refusent de signer cette belle initiative car on nous demande un numéro de pièce d’identité mais il faut comprendre que cette démarche n’a rien à voir avec une simple pétition, il s’agît d’une action légale et encadrée par les autorités européennes avec des procédures à respecter et apporter la preuve que nous sommes bien citoyens européens fait partie intégrante de la procédure !
Je vous en prie, ne vous laissez pas bâillonner par l’appréhension, il s’agît bel et bien d’une initiative unique que nous devons soutenir de toutes nos forces et si vous ne voulez pas signer le formulaire mis en ligne sur internet, vous pouvez signer sur papier… Quel que soit le moyen utilisé l’important est de signer et de faire signer votre famille, vos proches, vos amis… votre entourage… tout votre entourage… Aidez nous, aidez les… signez, faites signer l’initiative européenne STOPVIVISECTION, nous avons besoin d’un million de signatures pour être entendu par la commission européenne ! Pour découvrir l’initiative européenne StopVivisection plus en détails et signer c’est par ici : www.stopvivisection.eu
En ce qui me concerne, indépendamment du fait d’avoir signé et fait signer mon entourage, je fais quelque chose de très simple… Je mets sur chaque colis, chaque courrier que j’envoie une étiquette « N’OUBLIEZ PAS DE PARTICIPER A L’INITIATIVE EUROPEENNE www.stopvivisection.eu »
Ce n’est pas grand-chose mais sait-on jamais… si cela peut aider à collecter ne serait ce que quelques signatures de plus !
chaque signature compte 
C’est une petite démarche que nous pouvons tous faire ^^

 

Boutique Precious Life : http://www.preciouslife.fr/

 

 

Une Réponse

  1. arrêtons la vivisection! Torture des animaux !

Laissez un commentaire